Accro aux séries télé
Séries télé | Girlboss, 13 reasons why et Good behavior

Je suis véritablement accro aux séries télé. Une dévoreuse, mangeuse, bouffeuse de séries télé. C’est à la limite de l’inquiétant vu tout ce que je regarde. Des fois, je me demande, même, comment je fais pour trouver le temps d’en regarder autant.

– L’accro aux séries télé –

Cela fait des années que je suis une dévoreuse de séries télé. J’en regarde tellement que mon chéri m’a répété un million de fois de faire un blog totalement dédié à ça. Et pourtant, je ne l’ai jamais fait ! J’aime en regarder mais je n’ai jamais voulu passer « ma vie » à en parler non-stop. D’ailleurs, pour être honnête, je ne trouve pas ça facile de parler de séries, de films, de bouquins ou de musique. Trouver les mots justes sans trop en dire non plus… c’est un sacré exercice d’écriture ! Du coup, je n’avais jamais essayé jusqu’à aujourd’hui !

Pour cette première édition, je vais vous parler de trois nouvelles séries télé, des toutes fraîches haha ! Deux des trois séries dont je vais parler, vous en avez clairement entendu parler puisqu’elles ont fait pas mal de buzz : Girlboss et 13 reasons why. Et la petite dernière, ça sera Good behaviour.

– Girlboss –

girlboss

C’est une série Netflix qui est sortie le 21 avril 2017 créée par Kay Cannon et relatant l’histoire de Sophia Amoruso; de son ascension et de la création de sa société Nasty Gal.

Le pitch

« Sophia Marlowe est une jeune adulte rebelle et fauchée. Très peu responsable, la jeune femme passe son temps à chercher des vêtements vintage et se fait régulièrement virer de ses boulots. Un soir, sur un coup de tête, elle décide de vendre l’une de ses vestes vintages sur le site de vente aux enchères eBay. La vente est un succès et Sophia décide de se lancer dans la personnalisation de vêtements vintages à vendre sur sa boutique vintage sous le nom de Nasty Gal Vintage… » – wikipédia

 

La thématique

Honnêtement, je n’avais jamais entendu parler de Sophia Amoruso, ni de son livre #girlboss. Je suis tombée, par hasard, sur le trailer de la série au mois de février et je me suis dit « wow, ça a l’air cool et tellement dans l’air du temps ».

La série aborde une thématique assez nouvelle et intéressante; l’ascension d’une jeune fille de 23 ans dans le monde de la mode et de l’e-commerce. C’est un sujet qui est dans l’air du temps et qui mériterait d’être évoqué plus souvent. Aujourd’hui on pourrait parler des « success stories » des youtubeuses, des blogueuses et des influenceuses. Il y a énormément de femmes qui ont réussi, en partant de rien ou quasi rien, grâce à leur chaîne Youtube ou leur blog, voire simplement avec leur compte Instagram. C’est inspirant cette nouvelle façon de se construire autant personnellement que professionnellement ! #girlpower

La série

La série se regarde ultra vite et pour cause, il n’y a que 13 épisodes de 30 min. Autant vous dire, qu’elle n’a vraiment pas fait long feu avec moi !

On est plongé dans un San Francisco alternatif dès les premières minutes. Ce qui m’a pas mal dérouté, par contre, c’est qu’on a parfois l’impression d’être dans un San Francisco des années 70 alors que la série se passe en 2006, en gros à notre époque. Je ne sais pas si c’est voulu ou pas mais c’est la sensation que j’ai éprouvé en regardant la série. En effet, Sophia est souvent, si pas tout le temps, habiller en mode seventies et la lumière qui se dégage de la série me fait aussi pensé aux années 70, va savoir pourquoi…

Sophia et les autres personnages

Quant au personnage de Sophia… euh, comment dire… j’avais littéralement envie de lui foutre des claques ! Elle est égoïste, égocentrique, pas toujours gentille, colérique, trop sûre d’elle, … bref, en un mot : INSUPPORTABLE ! Je pourrais la qualifié d’adolescente attardée ou de vraie « biatch » ! J’ai, personnellement, eu beaucoup de mal avec son personnage au début. Et le début, ça dure pendant 6-7 épisodes ! Heureusement que l’histoire est plus qu’intéressante et que les autres personnages compensent le sale caractère de Sophia. Le point positif de sa personnalité de bébé enragé, c’est son franc parlé qui peut parfois être drôle. La meuf n’a vraiment pas la langue dans sa poche et malgré tout, c’est pour ça qu’on s’y attache.

Quant au reste de l’équipe, gros coup de cœur pour Annie, la meilleure amie. Elle est excellente ! Toujours le sourire, la pêche avec une énorme joie de vivre. On peut penser, par moments, qu’elle est un peu bébête mais pas du tout. Elle a une grande sensibilité et un dévouement à toute épreuve pour Sophia. C’est la seule qui arrive à lui ouvrir les yeux et à l’apaiser. 

Pour les rôles des garçons, rien à dire là-dessus. Ils ne sont pas mauvais mais pas excellents non plus. Ils sont présents sans l’être. C’est clairement une série qui met les femmes à l’honneur, et c’est une bonne chose !

Ma note – 4/5

Regardez la série, elle vaut le coup !

  • Points positifs : le sujet de la série, les personnages (Sophia est insupportable, certes mais au moins j’ai ressenti des émotions), le décor, le côté girl power, la bande son et la dynamique.
  • Points négatifs : Le trop sale caractère de Sophia, ça crie un peu tout le temps dans la série et je trouve aussi que le début de l’ascension de Sophia n’est pas assez exploitée.

– 13 reasons why –

13-reasons-why

C’est également une série Netflix qui a été diffusée le 31 mars 2017. Cette dernière a été développée par Brian Yorkey d’après le roman Treize raisons (Thirteen Reasons Why) de Jay Asher.

Le pitch

« Clay Jensen, un adolescent de dix-sept ans, reçoit une boîte contenant sept cassettes de la part d’une de ses amies, Hannah Baker, qui a mis fin à ses jours quelques semaines plus tôt. Ces sept cassettes, composées de deux faces à écouter, contiennent chacune des raisons qui ont poussé Hannah à prendre cette décision. Chaque face correspond également à une personne qu’elle considère comme responsable de son acte. Perturbé par la réception de ces cassettes, Clay va vite découvrir, au fur et à mesure des révélations d’Hannah, que ses camarades ne sont pas vraiment ce qu’ils laissent paraître. » – wikipédia

La thématique

Comme pour Girlboss, cette série est basée sur un livre… dont je n’avais absolument pas entendu parler. Netflix attaque ici un sujet plus que délicat… C’est osé de leur part et sincèrement, j’applaudis la démarche. Mais dès sa sortie, la série a énormément fait parler d’elle et a soulevé pas mal de polémique. Les avis sont donc, globalement, partagés en deux catégories : ceux qui, comme moi, approuve la démarche et ceux qui sont choqués et furieux que Netflix aborde la thématique du suicide de cette façon-là.

Je suis ravie qu’une série « qui dénonce certains types de comportements » arrive sur nos écrans. Oui, ça parle de suicide mais pas que ! En effet, le suicide est la conséquence du mal être profond de cette jeune fille qui subit la solitude et le harcèlement. Les sujets abordés par la série, comme le harcèlement, l’homophobie, la violence, le viol, la solitude, etc., montrent que les adolescents sont clairement confrontés à des soucis d’appartenance, d’acceptation mais aussi à des soucis de communication et d’écoute.

Pour aller plus loin…

Le tout est, bien entendu, amplifié par les réseaux sociaux. Aujourd’hui, le harcèlement scolaire ne s’arrête plus aux enceintes de l’école. Non, il continue sur Facebook, Snapchat, Instagram, etc. Pour ces jeunes en difficulté émotionnelle, il n’y a jamais de pause. Ça les poursuit non-stop ! C’est fou ce que les jeunes peuvent être infectes les uns avec les autres. Et le problème, c’est que les parents ne savent pas que leur enfant subit du harcèlement, par exemple, ou pire, qu’il harcèle lui-même certains camarades de son école.

Même si la série est à prendre avec des pincettes, j’approuve totalement la claque monstrueuse que Netflix nous donne avec celle-ci. Je vois tous ces épisodes comme une grosse campagne de sensibilisation brute qui met au devant de la scène des thématiques encore taboues. J’espère sincèrement que ça touchera un maximum de gens et surtout les adultes qui sont dans la vie d’un enfant (parents, profs, entraîneur sportif, éducateurs, etc.).

Voici quelques liens intéressants

  1. Différences majeures entre le livre et la série (spoiler alerte !) lien
  2. 6 raisons et demi d’aimer la série lien
  3. 4 leçons à tirer de la série lien
  4. Controversé sur le net lien
  5. Inquiétudes face à la série par l’association québécoise de prévention du suicide lien

 La série

La série est assez lente et rythmée par Clay qui découvre petit à petit les cassettes d’Hannah Baker. Il y a 13 épisodes qui durent 1h chacun; un format un poil plus long que les séries traditionnelles. L’intrigue est assez bien foutue et la découverte des personnages d’un épisode à l’autre nous permet de mieux comprendre le point de vue d’Hannah. La série aborde un sujet très difficile et globalement, les épisodes sont sombres mais ce n’est jamais, vraiment, déprimant.

Les personnages

Tous les personnages de la série sont sincères. Malgré qu’ils soient tous dans les cassettes d’Hannah, ils sont tous très différents les uns des autres. On découvre leur personnalité au travers des faces des cassettes audio. Au début, assez relax, comme si rien ne s’était passé. Puis, l’étau se ressert au fil des épisodes et, le stress, l’angoisse et la peur envahissent peu à peu les personnages. Les jeux des acteurs sont assez épatants. En plus, la plupart des acteurs ont 20 ans et sont donc assez proches de l’âge des personnages.

Mon avis 4,5/5

À voir sans plus attendre !

  • Points positifs : les personnages, l’histoire, les thématiques et la mise en scène (le présent et les retour en arrière).
  • Point négatif : un poil trop long.

– Good behavior –

série Good behaviour

C’est une série TNT qui a été diffusée le 15 novembre 2016. Cette dernière a été développée par Chad Hodge d’après les romans de Blake Crouch.

Le pitch

« Letty Raines est une voleuse et arnaqueuse professionnelle dont les choix désastreux la conduisent, bien souvent, droit dans le mur. Tout juste sortie de prison pour bonne conduite, la jeune femme tente de se reconstruire en renouant avec son fils de 10 ans élevé par sa grand-mère. Malheureusement, Letty semble être un aimant à ennuis. Une vérité qui se précise lorsqu’elle se retrouve sur la route d’un tueur à gages. Une relation aussi dangereuse qu’excitante va alors rapidement se nouer entre eux. » – Allociné

La thématique

C’est un drame qui concilie à merveille thriller, introspection et poésie. Une série bien décalée qui nous plonge dans un monde sombre mais totalement exaltant. Au travers des épisodes, Good behavior est là pour nous rappeler que ce sont nos imperfections qui nous rendent humains.

La série

Le cadre est posé en Caroline du Nord. « Good behavior ne serait rien sorti de ce cadre-là. Les villes et les banlieues résidentielles que Letty et Javier traversent incarnent l’American way of life, tel que l’on se les représente. Tout paraît simple et facile. Vous sautez dans votre voiture et faites vos courses. Un monde si banal qu’il est criant que Letty et Javier n’y sont pas à leur place. Partout où ils se rendent, ils sont inconfortables. Le cadrage avec des chambres d’hôtel riquiquis, ces plafonds bas reflètent ce malaise. Les lumières tirent sur le jaune et le vert et sont éblouissantes, agressives. C’est ainsi que Letty perçoit le monde extérieur. Chad Hodge a appelé cela le «noir poétique»: une tonalité à la fois ancrée dans la réalité et dans le rêve. » – extrait tiré de l’interview de Michelle Dockery pour le Figaro

Les personnages

Letty et Javier; une rencontre explosive. L’attirance physique est là mais pas que. En effet, ce sont deux outsiders qui se reconnaissent l’un dans l’autre par leur incapacité à vivre selon les normes. Ils sont ensemble sans l’être. Ils se parlent presque qu’à demi-mots. Une association qui va s’avérer indispensable pour chacun d’eux; ils ont clairement besoin l’un de l’autre même s’il n’est pas facile de l’avouer.

Michelle Dockery (Letty), la fille aînée du duc de Grantham dans Downton Abbey, troque ses magnifiques robes et ses belles manières hautaines et aristocratiques de Lady Mary pour un rôle complètement à l’opposé; une voleuse et arnaqueuse. Elle réussit cette transformation à la perfection. Elle est épatante, vraie et totalement crédible.

Mon avis 4/5

Je vous la conseille sans hésiter.

  • Points positifs : Le couple Letty et Javier est vraiment intéressant, c’est un drame mais ce n’est pas déprimant, le cadre de la série et les jeux de transformation de Letty.
  • Point négatif : euh… j’en vois pas vraiment. Contrairement aux deux premières séries, celle-ci est plus de l’ordre de la fiction et je l’ai plus prise comme une série divertissante. Bien que les thématiques sous-jacente (la difficulté à se conformer aux normes de la société, les addictions et la famille) soient intéressantes, il est plus difficile, pour ma part, de s’identifier aux personnages ou au thème de la série.

Ce premier tour des séries du moment s’achève là. J’espère que j’aurais réussi à vous donner envie d’en regarder au moins une… D’autres séries, des nouvelles comme des anciennes, arriveront petit à petit sur le blog, ce qui aura de quoi ravir tous les accro !

Love, always

Blondieblue
personal & lifestyle blog
Fondatrice de Blondieblue et chipoteuse dans l'âme, elle aime les paillettes, les chats et les licornes. Ce blog est l'occasion pour elle de partager avec vous ses DIY, ses inspirations et son goût exquis pour la mode (haha) !
2 comments
  • Sophie
    Juin 02, 2017 (16:55)

    Série addict aussi, tu n’es pas la seule ! J’ai egalement publié un article présentant trois séries et le second est en préparation.
    En tout cas, vu comme tu le présentes Girlboss est à retenir dans les séries à regarder 🙂
    13 reasons why qui n’en a pas entendu parler ? ^^ pareil je me suis dévorée la saison. J’ai appris qu’il y aura une série, je suis curieuse de voir comment ils vont la poursuivre.

  • Séries télé | Outlander, ma série coup de coeur | Blondieblue
    Août 04, 2017 (17:34)

    […] ce deuxième article sur les séries télé (le premier est ici), je ne parlerais que d’une seule série : Outlander. Je ne sais pas si vous en avez entendu […]

Leave a Comment

Name*
Email*
Website